Fils RSS pour les
Articles
Commentaires

Fifi Mandirac parle très vite. C'est normal elle a beaucoup de choses à raconter puisqu'elle a fêté les dix ans de sa marque en juin dernier.  A partir de jeudi, la reine de la papeterie et du motif tout mimi et coloré mettra en place pour la troisième année un calendrier de l'avent sur son blog, où le cadeau n'est pas un chocolat mais un motif à télécharger. Car Fifi Mandirac, c'est plus de 150 motifs et une marque distribuée dans plus de 150 boutiques. Et malgré tout le temps que cela lui demande, elle a trouvé un moment pour se dévoiler.


Qui se cache derrière Fifi Mandirac ?

Je m'appelle "S...." mais il ne faut pas le dire, il y en a tellement !  Fifi c'est mieux. J'ai eu l'idée de ce pseudo bien avant de créer ma marque, en 2000, en me rendant aux impôts. Le monsieur m'a demandé si j'avais un pseudo, je n'en avais pas et j'ai donc réfléchi à ce qui pourrait me convenir. Fifi parce que bien évidemment, c'était mon surnom, et Mandirac est le nom de jeune fille de ma grand-mère, un nom du Tarn que je trouve très joli. L'association des deux m'a tout de suite plue !

Quel âge avez-vous ?

Je vais bientôt avoir 40 ans ! J'ai deux enfants, une petite fille de cinq ans, et un petit garçon de 18 mois...

Comment est née Fifi Mandirac ?

Après mes études de graphisme, mon professeur m'a proposé de travailler dans une grande agence de publicité. Ce n'était pas ce que je voulais faire, mais un CDI, ça ne se refuse pas. Je n'ai pas aimé, alors j'ai changé d'agence, et puis j'ai encore changé d'agence. En trois ans et trois agences, il a fallu que je me rende à l'évidence : ce n'était pas ce que je voulais faire ! Et puis on est arrivé dans la période où les amis se mariaient. En faire-part, à l'époque, il n'y avait pas grand-chose. Soit c'était très classique, soit ça se voulait créatif mais ce n'était pas de très bon goût. Et entre les deux, il  n'y avait rien. J'ai donc commencé à designer des faire-part, et la boutique Lillibulle m'a dit que si je me lançais elle serait ma première cliente, c'est ce qui m'a décidé à franchir le pas.

Ça a fonctionné tout de suite ?

Il n'y avait pas beaucoup de créateurs à l'époque, dès que quelqu'un décidait de monter son entreprise, les gens étaient bluffés et séduits. C'était plus facile. Beaucoup de boutiques venaient faire des repérages chez Lilibulle, et cela m'a  aidée. Le fait d'être dans une boutique m'a aussi donné envie de développer d'autres choses,  c'est ainsi que sont nées les autres créations Fifi Mandirac.

Comment vous vient l'inspiration pour  les motifs ?

Ce matin par exemple, j'ai ouvert une valise, et en regardant le fond je me suis dit qu'il y avait quelque chose à faire avec. La valise est donc restée ouverte, et je l'ai mise près de mon ordinateur. Je ne regarde pas les autres motifs, parce que j'ai peur de m'en inspirer ou alors, si j'en trouve un joli, je vais regretter de ne pas y avoir pensé ! Je m'inspire davantage de la décoration, de la mode. En ce moment, c'est le rush, je dois préparer les vingt-quatre motifs pour le calendrier de l'avent, et je n'ai réalisé que cinq !

Justement, pourquoi mettre en place un calendrier de l'avent, alors que Fifi Mandirac fonctionne déjà très bien ?

Parce que j'ai envie de faire plaisir aux gens qui aiment ce que je fais.  Les gens achètent des cartes, mais ils ne les envoient plus parce qu'ils les gardent pour eux. Par contre, ils aiment fabriquer des choses. Mais je pense que cette troisième édition sera la dernière car  cela me demande énormément de travail, mais en même temps chaque année je dis cela, et chaque année la demande est tellement forte que je cède ! Et puis c'est un vrai exercice de recherche pour moi, à chaque fois je me dis que je vais les créer au fur-et-à-mesure, et à chaque fois je me retrouve à travailler dans l'urgence ! Je ne suis plus dans ma zone de confort, donc je fais un vrai travail de recherche et de création, ce qui me permet de progresser et de tester des nouvelles choses. Du coup, les motifs sont plus complexes. Mais les motifs sont destinés à l'usage privé. On peut en faire des cartes, des décorations de Noël, les utiliser en fond d'écran... Tout ce qu'on veut excepté les utiliser pour un usage commercial, ce qui implique les blogs ! Le principe c'est un motif par jour, si on le loupe, il ne sera plus là le lendemain et sera remplacé par un nouveau.

Quels sont les goûts de Fifi Mandirac ?

Il n'y pas de logique ! J'aime tout ! Je peux passer du très rétro au très design, du très coloré au très épuré. Je ne cherche pas à ce que les choses aillent ensemble, je me dis qu'elles trouveront toujours une place. Chez moi, c'est pareil !

Comment s'organisent vos journées ?

Je travaille quand mes enfants ne sont pas là, c'est-à-dire de 8h30 à 18h30. Et quand ils se couchent, il n'est pas rare que je rallume l'ordinateur pour répondre à des mails ou écrire pour le blog. Je travaille aussi en tant que styliste pour les éditions LTA, qui ont publié mon livre il y a deux ans. Je mets en scène les photos qui illustrent leurs livres.

Vous êtes aussi l'une des co-organisatrices de l'expo-vente Le Super Market,  comment ce projet est né ? (voir le débrief de Parlons Création de la dernière édition)

C'est une très jolie histoire. Avant, j'avais un loft à Paris, et j'organisais des expo-vente de temps en temps. J'ai déménagé à Saint-Denis, et cela était trop compliqué de faire venir les gens jusque là. Du coup, j'en ai parlé à une amie qui m'a dit qu'on pouvait malgré tout organiser quelque chose, et qu'elle connaissait un joli lieu. Mais c'était tellement grand ! Alors j'ai appelé des copines - deux créatrices et trois autres qui travaillent dans l’événementiel - et nous avons commencé à en discuter. Les idées fusaient ! Et si nous mettions de la musique ? Et toi mon chéri, en tant qu'homme, qu'aimerais-tu dans une expo-vente ? Un bar ! Ok ! Il y a eu un tel enthousiasme après la première édition que nous nous sommes dit que nous ne pouvions pas nous arrêter là ! Nos réunions de travail sont des supers moments, on est aussi parties toutes ensemble à Londres, bref, c'est une expérience géniale car nous y avons mis toutes nos envies et notre énergie positive ! D'ailleurs, je vous donne un scoop, la prochaine édition du Super Market aura lieu les 12 et 13 mai 2012 et cela se passera une nouvelle fois à l'Espace Commines.

Comment vous voyez-vous dans cinq ou dix ans ?

Une chose est sûre, je ne regrette pas d'avoir créé mon entreprise, j'aime suivre le processus de création du début à la fin. J'espère que je ferais encore cela ! Je n'ai pas de business plan, jusqu'à maintenant, j'ai toujours fonctionné avec les rencontres. Mais il est vrai que plus ça va, et plus j'ai envie de voir les motifs sur d'autres supports, comme le textile par exemple !

Rendez-vous sur Hellocoton !

 Voilà, ça y est. Je suis baptisée de chez baptisée, puisque je suis enfin allée à mon premier Maison&Objet, et je dois dire que je suis enchantée. Des merveilles partout, des enseignes très connues de décoration côtoient des créateurs qui se lancent, et on trouve exactement TOUT pour la cuisine, le salon, la déco, le jardin, la chambre...

Bref, c'est simple, Maison&Objet, c'est un peu tous les magasins dans lesquels vous vous êtes rendus en un seul et même lieu, malgré tout divisé en six halls.  Autant vous dire que je m'en suis voulue d'y être allée en talons (je n'étais pas assez réveillée pour penser à cela quand je suis partie).  Mais, mon bon sens m'a guidée vers la section Accessoires Maison, puis vers les métiers d'Art (c'est bizarre hein!).

Avant de vous présenter des créateurs dans les prochains billets, voici quelques photos qui vous mettront dans l'ambiance, comme si vous y étiez ! Action !

Des couleurs, des couleurs ...

La photo ci-dessous est celle que je préfère de tout le salon, je la trouve d'une poésie... Et cette ambiance ! Qu'est-ce qu'on ferait pas pour nous vendre... une table !

Le merveilleux stand des éditions La Marelle...

Ceci est un lustre de Venise... Oui oui... Bon pour chez moi, le souci, c'est qu'il est juste un peu trop grand !

English power...

Bling Bling...

Le stand d'Illumination m'a beaucoup plu aussi !

Une petite soif ? Un peu de sirop du stand Le Temps des Mets ?  Moi, perso, je préfère en déco !

Un autre temps...

Alors voilà, je suis fan des guirlandes de La case de cousin Paul, j'en ai deux chez moi et deux abats-jour qui me permettent d'avoir une jolie ambiance verte et orange dans mon très long couloir...

Des pois, nan, vous savez bien que je n'aime pas ça :) Il y en avait en tous cas à Maison&Objet !

Comment résister à vous montrer une nouvelle fois le si joli stand de Petit Pan ?

Alors, une photo favorite ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

La collection d'accessoires Les Invasions Ephémères -  marque d'abord connue pour ses accessoires et sa Tour Eiffel girly -   ne cesse de s'agrandir. Parmi les nouveautés présentées au salon Maison&Objet en janvier dernier :  pochettes Ipad of course, et des très jolis coussins.

Connue notamment pour ses stickers, la marque Les Invasions Ephémères innove aussi de ce côté avec des stickers pour reconnaître vos clés. Pratique et chouette !

Perso, j'ai un faible pour les petits porte-monnaie ! Et vous, quel objet vous plait le plus dans cette boutique ?

Les petits miroirs ...

Les carnets ...

Pochettes Iphone

Bon début de semaine !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Cela fait un petit moment que ces pêle-mêle ont été faits et offerts. Et je suis assez fière, car ils ont fait sensation ! Mais je vais aussi pouvoir vous dire ce qu'il ne faut pas faire (et que j'ai fait :( ) pour qu'ils soient parfaits.

Quand j'avais rencontré Adeline Klam l'année dernière, la créatrice m'avait offert un joli pêle-mêle moderne, tout en longueur. Depuis il est en face de mon bureau, mais je dois reconnaître qu'après un an, on ne voit plus trop le joli papier japonais !

Il y a un an aussi, j'avais trouvé des plaques métalliques et des aimants super puissants (assez hallucinants la force qu'ils ont !), au salon l'Aiguille en Fête chez Passion Aimants. Je ne suis vraiment pas déçue :  la plaque métallique se découpe facilement (ciseaux), attention toutefois aux petits fils qui restent après le découpage, je vous conseille de les limer.

Bon, ce tuto est un peu confus, mais en même temps, si j'ai réussi à le faire, vous n'avez aucun souci à vous faire !

Je résume.

Ce qu'il vous faut :

  • Une plaque métallique (avec une plaque, j'ai fait quatre pêle-mêle, un peu plus larges que ceux de Adeline Klam pour qu'on voit le papier). A découper avec des ciseaux.

 

  • Des aimants (les ronds en couleurs viennent de chez Adeline Klam). J'ai mixé les aimants classiques avec les colorés, et j'en ai mis 6 par pêle-mêle, mais je pense que huit c'est bien aussi car sur le mien j'en utilise huit. Trop d'aimant va inciter à mettre trop de photos, et on ne verra plus le joli papier.

 

  • De la colle basique et une paire de ciseaux

 

  • Du joli papier, japonais ou tout autre papier qui résiste à la colle :) Avec des longues feuilles, c'est plus simple, mais vous pouvez aussi mixer les papiers

 

  • Du masking tape pour finir les contours du verso et masquer les coupes parfois imparfaites du papier. Surtout utile quand on mixe les papiers, ça fini parfaitement. De préférence, choisir des couleurs assorties au papier !

 

  • Une petite attache (ou au choix, rien du tout, vous pouvez aussi faire un trou dans la plaque ). Ayant oublié et ne voulant pas abîmer le papier, j'ai ajouté des attaches autocollantes trouvées chez Cultura et je suis plutôt contente du résultat.

 

  • Ce qu'il ne faut pas faire : à trop vouloir me la jouer genre moi je crée, je suis une artiste (pfffuuu), j'ai voulu faire un petit support en carton afin de donner plus d'épaisseur au pêle-mêle. Mais en séchant le carton fait gondoler la plaque, et malgré tous les dicos mis dessus pour l'aplatir, ce n'est pas plat à 100%. (Bon une fois sur le mur, ça ne se voit pas mais quand même !). Même si la plaque vous paraît très fine, elle se suffit à elle-même.

Et voilà le résultat :) Sympa non ? J'en profite pour vous souhaitez un excellent week-end !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Si vous êtes passé(e)s dans des magasins de décoration et de créateurs, vous avez déjà sans doute aperçu les coussins à pois rose fluo ou portant de jolis dessins produits par sérigraphie de La cerise sur le gâteau. Cette marque au joli nom a été lancée en 2005 par Anne Hubert. Les collections et tissus sont imaginée en France, et produites au Portugal. Et La cerise sur le gâteau était aussi à Maison & Objet en janvier dernier.

Pour la saison printemps été 2012, la collection est tout simplement parfaite ! Des pois rose fluo encore, des sérigraphies toujours plus mimi, et un nouveau tissu liberty rose pour une nouvelle gamme de produit.

Mais la cerise sur le gâteau, se sont aussi des torchons, des tabliers et des bavoirs,  des pochettes et des accessoires !

 Pour celles qui seraient moins adeptes du rose que moi, qu'ils se rassurent ! La cerise sur le gâteau propose aussi d'autres couleurs ! Vous avez vu les petits coussins avec la bicyclette ? Trop chouettes !

Vive les pois !!!!! 

Aimez-vous les pois ? Cette mode commence-t-elle à vous lasser ?

Rendez-vous sur Hellocoton !